Accueil / Cure Alcaline / 7 aliments inflammatoires à bannir de votre assiette

7 aliments inflammatoires à bannir de votre assiette

inflammatoire

Le guide de l’alimentation anti-inflammatoire

j

Bien évidemment une alimentation alcaline rime avec une alimentation anti-inflammatoire. Et comme pour toute transition alimentaire vous savez besoin de temps, alors ne soyez pas trop impatiente

Voici les 7 aliments à éviter si vous souffrez d'inflammations:

 

1.   Le Sucre

Comme vous le savez déjà le sucre raffiné, et les aliments à indice glycémique élevée, sont favorables à des taux élevés d'insuline. Ce qui va tout naturellement affoler votre système immunitaire.  

Dans l'American Journal of Clinical Nutrition, il est précisé que les sucres transformés, et les aliments à IG élevé, favorisent les inflammations telles que les douleurs, sensation de chaud, rougeurs et gonflements.

D

Selon CNN (1):

« Des quantités élevées de sucres dans l'alimentation augmentent le phénomène de glycation, une protéine qui se lie à une molécule de glucose créant une protéine endommagée. Le corps va réagir à la glycation à l'aide des cellules immunitaires qui vont secréter des messages inflammatoires (appelés cytokines).

 Selon où se trouvent les glycations, et selon votre prédisposition génétique, vous arriverez probablement à développer de l'arthrite, des cataractes, des maladies cardiaques, des troubles de la mémoire ainsi que des problèmes de peau. »

Si vous êtes accro au sucre, vous n'avez aucune raison de vous en vouloir. En réalité ce n'est pas de votre faute...

Nous avons un lien très fort avec le sucre qui nous empêche de le consommer raisonnablement, ce qui malheureusement est à l'origine de nombreux problème de santé tel que le diabète, le cancer, les troubles cardio-vasculaires, le foie gras... Stop Ô Sucre vous accompagnera pas à pas dans cette démarche !

F

2.   Viande rouge

La viande rouge, particulièrement riche en toxine, ne doit pas être consommée plus de deux fois par semaine.

Ce type de viande favorise l'inflammation dans la mesure où:
  • elle favorise les maladies intestinales (cancer du côlon...)
  • elle développe les troubles cardio-vasculaire
  • elle augmente l'exposition au diabète
  • elle participe au surpoids
  • elle est pleine de composés chimiques qu'a absorbé l'animal (médicaments, pesticides, fongicides, ...)
  • elle est riche en oméga-6
 

3.  Caféine

Selon le docteur Mark Hyman, la caféine augmente les catécholamines (hormones de stress), ce qui déclenche la production du cortisol en augmentant les taux d'insulines. Au final, vous vous exposez davantage aux inflammations...

L'acidité du café augmente les troubles digestifs, indigestions, brûlures d'estomac, reflux gastriques et la dysbiose (déséquilibre dans la flore intestinale).

F

4.   Produits laitiers

Les allergènes comme la caséine (protéine présente dans le lait et les produits laitiers) sont parfaits  pour déclencher les réactions inflammatoires!

En fait, les chercheurs pensent que la capacité à digérer le lait au-delà de la petite enfance est anormale (2). Le lait est également un allergène commun qui peut déclencher des réponses inflammatoires telles que des maux d'estomac, constipation, diarrhée, éruptions cutanées, acné, urticaire ou des difficultés respiratoires pour les personnes sensibles.

F

5.   Céréales raffinées

Malheureusement aujourd'hui la majorité des céréales sont raffinées, ce qui veut dire qu'elles sont dépourvues de vitamines, de fibres, d'oligoéléments, d'enzymes, contrairement aux céréales complètes qui possèdent encore leur son, leur germe, et leur couche d'aleurone intacte.

En fait, les céréales raffinées sont aussi utiles que les sucres raffinés... ce sont tout bonnement des calories vides, sans élément nutritif...

Les céréales raffinées, tout comme les sucres raffinés, ont un index glycémique élevé ce qui est favorable aux inflammations.

F

6.   Graisse trans (plus d’oméga-6 que d’oméga-3)

Vous devez véritablement augmenter votre consommation d'oméga-3.  Ce sont des graisses d'une qualité extraordinaire, elles améliorent la circulation sanguine, le fonctionnement des articulations, et les capacités cognitives.

La plupart du temps, les personnes consomment des oméga-6 (acides gras polyinsaturés tels que l'huile de maïs, de carthame, de tournesol et l'huile de soja) au détriment des oméga-3 

Quel est le ratio ?

Le rapport entre oméga-3 et oméga-6 pour une alimentation occidentale est généralement de 1:20. Nos ancêtres, qui étaient en meilleure santé, avaient un ratio de 1:1...

Ce déséquilibre en faveur des oméga-6 déclenche des inflammations à répétition et endommage vos cellules.

 Les graisses trans sont pires !

Ce sont des huiles hydrogénées ou partiellement hydrogénées, totalement créées par l'homme. Elles n'ont rien de naturel.

Ce type de graisses est vraiment idéal pour le développement de vos d'inflammation, et c'est bien la seule graisse que vous devez vraiment éviter.

graisse coco

Pourquoi les graisses saturées sont-elles indispensables ? Juste des faits !

F

7.   Nourriture transformée/ prête à l'emploi / sous vide

Ce type de nourriture ne favorise pas la vie, bien souvent elle réunit les aliments des 6 points précédents...

Si vous êtes addicte aux plats préparés, que vous n'avez pas le temps de cuisiner, que vous ne connaissez pas la différence entre un céleri et un topinambour?

Alors laissez-vous tenter par une de nos recettes alcalines, en 15 minutes vous pourriez êtres surprises de talents culinaires. Vous pouvez également appliquer cette astuce, cuisinez une seule fois et préparez vos barquettes pour la semaine. Ainsi, vous gagnerez en qualité de vie, mais surtout vous diminuerez rapidement vos inflammations wlEmoticon-smile-1

D

Mes astuces anti-inflammatoires

Une alimentation qui ne respecte pas chaque aspect de votre vie (famille, ami, travail...) n'est pas durable. Elle n'est pas optimale puisque vous la vivez comme une contrainte. L'alimentation doit être l'expression de vous-même, vous devez inspirer votre repas!

Pour celles qui veulent aller plus loin, voici ma tactique anti-inflammatoire, elle pourrait bien vous aider à contrôler vos inflammations, alors ne la ratez pas!

F

8 astuces anti-inflammatoires

partagez-articleF

Source photo: Repas-alcalin, Google image

Source :
(1)http://edition.cnn.com/2012/07/20/health/food-cause-pain-daniluk/index.html
(2)http://abcnews.go.com/Health/WellnessNews/story?id=8450036
Ban JO, Oh JH, Kim TM et al. Anti-inflammation and arthritic effects of thiacremonone, a novel sulfurcompound isolated from garlic via inhibition of NF-kB. Arthritis Res Ther. 2009; 11(5): R145. Epub 2009 Sep 30. 2009.
Bahadori B, Uitz E, Thonhofer R, et al. Omega-3 Fatty acids infusions as adjuvant therapy in rheumatoid arthritis. JPEN J Parenter Enteral Nutr. 2010; 34(2):151-5.
Chedraui, P., & Perez-Lopez, F. R. (2013). Nutrition and health during mid-life: searching for solutions and meeting challenges for the aging population. Climacteric, 16(S1), 85-95.
Elbandy MA and Abdelfadeil MG. Stability of betalain pigments from a red beetroot (Beta vulgaris). Poster Session Presentation. The First International Conference of Food Industries and Biotechnology & Associated Fair. Al-Baath University, North Sinai, Egypt.
Fredrickson, B. L., Grewen, K. M., Coffey, K. A., Algoe, S. B., Firestine, A. M., Arevalo, J. M. G., et al. (2013). A functional genomic perspective on human well-being. Proceedings of the National Academy of Sciences, 110(33), 13684-13689.
Ippoushi K, Azuma K, Ito H, Horie H, Higashio H. [6]-Gingerol inhibits nitric oxide synthesis in activated J774.1 mouse macrophages and prevents peroxynitrite-induced oxidation and nitration reactions. Life Sci. 2003 Nov 14;73(26):3427-37.
Iriti, M., Vitalini, S., Fico, G., & Faoro, F. (2010). Neuroprotective Herbs and Foods from Different Traditional Medicines and Diets. Molecules, 15(5), 3517-3555.
Lashinger, L. M., Ford, N. A., & Hursting, S. D. (2014). Interacting Inflammatory and Growth Factor Signals Underlie the Obesity-Cancer Link. The Journal of Nutrition, 144(2), 109-113.
Licinio, J., & Wong, M. L. (1999). The role of inflammatory mediators in the biology of major depression: central nervous system cytokines modulate the biological substrate of depressive symptoms, regulate stress-responsive systems, and contribute to neurotoxicity and neuroprotection. Mol Psychiatry, 4(4), 317-327.
Maroon JC, Bost JW. (2006) Omega-3 fatty acids (fish oil) as an anti-inflammation: an alternative to nonsteroidal anti-inflammation drugs for discogenic pain. Surg Neurol. 2006 Apr;65(4):326-31.
 

 

A propos de Adrien

Regarde aussi

depression nuage

6 alternatives naturelles pour combattre la dépression

6 alternatives naturelles pour combattre la dépression Autrefois, les dépressions se terminaient très bien. Il …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *